Mon avis sur mes parents divorcés - Guy Kleiman

Mon blogue

Mon avis sur mes parents divorcés

Mon avis sur mes parents divorcés - Guy Kleiman

Mon père et ma mère ont divorcé, il y a presque quinze ans. À cette époque, j’étais déjà majeur, mais la souffrance que j’ai ressentie durant leur séparation, était la même que si je n’étais qu’un enfant. Il y a trois ans, mon père s’est remarié avec une femme qui a suivi une botox avec lui. Ce jour-là, j’étais tout, sauf joyeux, cette union a détruit mes espoirs de revoir mes parents se remettre ensemble. Et dire qu’à mon âge, je continuais encore à croire que ma mère et mon père allaient se remarier. Au début, j’ai bien apprécié Madeleine, la femme avec qui mon père allait se marier. Mais quand je voyais ma mère seule et abandonnée dans son appartement, j’ai commencé à en vouloir à mon père, et à être en colère contre Madeleine. Lorsque je soupais chez eux et qu’ils me parlaient des préparatifs de leur mariage, je me sentais coupable de trahison vis-à-vis de ma mère. J’ai même essayé de semer la pagaille dans leur couple, en agissant comme un enfant de sept ans. Par exemple, je faisais exprès de mettre ma tasse sur le vinyle de mon père et j’accusais Madeleine de l’avoir fait. Pour les désunir, j’aurais fait n’importe quoi, parce que dans ma tête, j’ai toujours cru que mes parents étaient toujours ensemble, même s’ils étaient séparés depuis plus d’une dizaine d’années. Quand j’ai vu que les petites discordes que je semais ne portaient pas leurs fruits, j’ai commencé à essayer de pourrir la vie de Madeleine, en lui disant indirectement qu’elle était une voleuse de mari. Elle, de son côté, elle ne disait rien, je pense qu’elle savait que je souffrais de la situation, et elle me laissait évacuer mes sentiments négatifs. Après leur mariage, je les ai évités pendant plusieurs semaines, car je ne supportais pas de voir leur visage rayonnant de bonheur. Quand j’en ai parlé à ma mère, elle m’a expliqué qu’il fallait que j’essaie de gérer mes pensées négatives de façon plus constructive. Elle m’a aussi dit qu’entre mon père et elle, la séparation était la meilleure des solutions. C’est là que j’ai compris que pour que les membres d’une famille recomposée se sentent bien les uns avec les autres, il fallait les efforts de tout le monde, et surtout, beaucoup de patience. J’ai donc recommencé à rendre visite à Madeleine et mon père, je me suis excusé d’avoir eu un comportement puéril, et nous avions pu retrouver des relations normales.