La randonnée en montagne - Guy Kleiman

Mon blogue

La randonnée en montagne

La randonnée en montagne - Guy Kleiman

Nous sommes un groupe d’amis, qui vont se rendre sur les montagnes de la ville de Jasper pour s’y promener et voir la vue d’en haut, très haut ! C’est magnifique. J’y suis déjà allé et j’ai tellement adoré le voyage, que je me suis juré d’y retourner un jour. Me voilà encore, mais cette fois-ci, je suis ici avec des amis. Et, nous allons vraiment nous divertir !

Avant de sortir, on se couvre de crème solaire pour éviter d’avoir des taches brunes sur la peau ou un coup de soleil. Nous sommes tous encore jeunes et nous prévoyons préserver notre peau le plus longtemps possible ! Alors, mieux vaut prendre toutes les précautions possibles !

Ensuite, l’autre détail incroyablement important, c’est une quantité suffisante d’eau. Nous prévoyons être partis toute la journée, alors chacun amène environ un litre d’eau dans son sac à dos. Nous avons aussi un peu de jus, et vu que nous avons aussi des fruits, ils vont nous désaltérer eux aussi.

Et enfin, nous apportons un délicieux dîner de crudités, de fromage, de pain et de biscuits sucrés et salés. Des petits sacs de noix et des barres granolas, serviront de collation le matin et l’après-midi avec les pommes et les oranges que nous avons amenées.

Aussi, il ne faut pas oublier les équipements en cas de pluie, un manteau et un parapluie, et en cas qu’on rencontre des animaux sauvages sur notre passage. Nous avons tous un sifflet et une lampe de poche, ainsi qu’une branche d’arbre qui servira de bâton de marche et de défense contre les serpents, le cas échéant. Oui, j’ai déjà vu un grand serpent vert pâle se promener dans les grandes herbes la première fois que j’ai voyagé ici, alors je sais que c’est possible d’en voir. En plus, les ours et les chats sauvages abondent ici ; après tout, il y a une bonne raison pourquoi les poubelles de la ville, oui, celles qui se trouvent en plein cœur du centre-ville, sont munies d’un couvercle et d’une poignée trop petite pour que les ours puissent l’ouvrir. Alors, il y a de très grandes chances qu’on en voit un sur notre chemin dans le boisé de la montagne !

Nous voilà prêts pour partir. Il fait beau et chaud ; le soleil est au rendez-vous. Nous mémorisons la carte pour nous aider à nous retrouver quand nous serons sur la piste. On se regarde et on sourit : voilà, c’est parti !